Les troubles psychiatriques sont fréquents chez les enfants et les jeunes adultes autistes rappelle JAMA Psychiatry, mais en matière de santé mentale et d’hospitalisation, les différences entre les sexes restent mal connues. Coordonnée par le Départment épidémiologique de l’Institut Karolinska (en Suède), une recherche examine ces différences entre sexes dans les diagnostics psychiatriques et les hospitalisations chez les autistes, comparativement aux sujets neurotypiques (non autistes).

Évaluant toutes les personnes nées en Suède entre 1985 et 1997, cette étude de cohorte inclut 1 335 753 sujets (avec 650 314 [48,7 %] femmes) dont 20 841 participants autistes (avec 7 129 [34,2 %] de sexe féminin), suivis de 16 à 24 ans, entre 2001 et 2013. L’analyse des données a été réalisée entre juin 2021 et août 2022. Les rapports de risque ajustés pour l’année de naissance selon le sexe sont calculés à l’aide d’une régression de Cox (modèle à risque proportionnel) [1]. L’incidence cumulée de 11 diagnostics psychiatriques jusqu’à l’âge de 25 ans a été estimée, et la différence de risque standardisée par année de naissance utilisée pour comparer directement hommes et femmes autistes.

Les femmes plus touchées que les hommes

Premier constat : le diagnostic d’autisme est porté à un âge comparable pour les deux sexes : âge moyen de 16,1 ans ± 5,1 ans chez les femmes et de 15,7 ans ± 5,2 chez les hommes. Remarquons que cet âge relativement tardif justifie les efforts déployés désormais dans plusieurs pays (dont la France) pour un diagnostic plus précoce des troubles du spectre autistique (TSA). Les auteurs observent que, pour la plupart des troubles, les femmes autistes ont un risque de diagnostics psychiatriques et d’hospitalisations plus élevé que les hommes : à l’âge de 25 ans, 77 % des femmes autistes ont reçu au moins un diagnostic psychiatrique, contre 62 % des hommes avec TSA.

Cette étude montre aussi que par rapport aux personnes de même sexe neurotypiques, les femmes et les hommes autistes ont un risque accru pour tous les diagnostics psychiatriques. Quant aux hospitalisations en service psychiatrique, elles se révèlent de façon statistiquement significative plus fréquentes chez les femmes autistes (32 %) que chez les hommes autistes (19 %), avec un risque d’hospitalisation plus élevé, pour tout type de trouble, pour les personnes avec TSA que pour les sujets neurotypiques. Les auteurs estiment que cette étude « souligne le besoin » de proposer aux jeunes adultes avec TSA une offre étoffée de soins psychiatriques. En particulier, les femmes autistes éprouvant plus de difficultés psychiatriques nécessitent une surveillance et un soutien cliniques accrus.

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9gression_de_Cox

RÉFÉRENCE
Miriam I. Martini & coll.: Sex differences in mental health problems and psychiatric hospitalization in autistic young adults. JAMA Psychiatry; 2022 79(12): 1188–1198. doi: 10.1001/jamapsychiatry.2022.3475.